Patrick Colleter

Patrick Colleter fait ses débuts dans le club de sa ville, le Brest-Armorique de la grande époque avec des Jean-Luc Le Magueresse, Gérard Buscher et autre Vincent Guérin. Il s’impose rapidement sur son flanc gauche grâce à sa combativité et son abnégation, valeurs essentielles du football brestois.
Patrick Colleter

En Bref

-
6 novembre 1965
Défenseur
Saison Club Nb matchs Nb buts
1986 - 1987 Stade Brestois 23 2
1987 - 1988 Stade Brestois 37 2
1988 - 1989 Stade Brestois 32 2
1989 - 1990 Stade Brestois 35 2
1990 - 1991 Montpellier HSC 31 0
1991 - 1992 Paris Saint Germain 28 0
1992 - 1993 Paris Saint Germain 36 0
1993 - 1994 Paris Saint Germain 32 0
1994 - 1995 Paris Saint Germain 28 1
1995 - 1996 Paris Saint Germain 33 0
1996 - 1997 Girondins de Bordeaux 30 1
1997 - 1998 Olympique de Marseille 31 0
1998 - dec 1998 Olympique de Marseille 10 0
jan 1999 - 1999 Southampton FC 16 1
1999 - 2000 Southampton FC 8 0
2000 - 2001 AS Cannes 15 0
Voir les stats détaillées de son parcours
  • Vainqueur de la Coupe des Coupes 1996.
  • Champion de France de D1 1994.
  • Vainqueur de la Coupe de France 1993, 1995.
  • Vainqueur de la Coupe de la Ligue 1995.
  • Vainqueur du Trophée des Champions 1995.

Sa vie, son oeuvre

Sa carrière en club

Patrick Colleter le boucher fait ses débuts dans le club de sa ville, le Brest-Armorique de la grande époque avec des Jean-Luc Le Magueresse, Gérard Buscher et autre Vincent Guérin. Il s’impose rapidement sur son flanc gauche grâce à sa combativité et son abnégation, valeurs essentielles du football brestois. « Lorsque je suis arrivé au centre de formation, je n'aimais pas bosser. Je me suis fait virer plusieurs fois de l'entrainement. Ma hantise c'étaient les footings. Aujourd'hui, je remercie Armand Fouillen de m'avoir inculqué le goût de l'effort. Au départ, je n'étais pas plus doué qu'un autre ... J'ai joué plusieurs années comme ailier gauche en D3. Avec les pros, j'évoluais plutôt au milieu. Un jour, Richard Honorine, notre arrière gauche, s'est blessé. Maligorne m'a demandé de le remplacer. Depuis, je n'ai plus quitté cette zone. Le hasard a sans doute bien fait les choses ... » Au sein d’une jeune génération prometteuse (Corentin Martins, Paul Le Guen, Pascal Pierre…), il porte son équipe à une belle 8ème place dès sa première saison. Mais avec le départ du buteur Gérard Buscher, le B-A se trouve en difficulté et retrouve la D2 avec un piteuse 19ème place en 1988. Pat reste pour continuer à s’aguerrir… c’est sans doute durant cette période qu’il parfis sa maîtrise du tacle par derrière et de la prise en tenaille, si utile face aux rugueux attaquant. Le B-A ne passe qu’une saison en D2 et son retour en D1 se fait par la grande porte avec un maintien assuré facilement, grâce notamment au retour de la légende buteur Gérard Buscher qui s’entend à merveille avec l’autre cador du club, le paraguayen Roberto Cabañas. Colleter est au sommet de son art, comme en témoigne cette déclaration d'amour de Buscher : « Il a déjà 24 ans. Mais il est effectivement très fort. Cette saison, c'est le meilleur. Il mériterait l'équipe de France. Je ne comprends pas pourquoi on ne l'essaye pas. Ou plutôt si, je comprends : il joue en Bretagne. Et la Bretagne, c'est très loin... » Alors que le club se lance dans une politique fastueuse, avec un train de retard sur les grosses écuries (OM et Bordeaux), en recrutant des stars comme David Ginola et en continuant à s’appuyer sur la formation avec notamment un Ronan Salaün, Patrick met les voiles, direction Montpellier.

Dans l’Hérault, il découvre la Coupe d’Europe et se frotte aux grands joueurs, époque Carlos Valderrama, Jacek Ziober, Daniel Xuereb ou Laurent Blanc mais également des sombres besogneux, toujours avides de chevilles et de rotules. Il y retrouve également Guérin. Il s’intègre au paysage des arrières balai-brosse à la Pascal Baills et défenseurs rugueux à la Michel Der Zakarian. Une petite saison et puis c’est tout, juste le temps de jouer un quart de finale de C2 contre Manchester United… Et Patrick rejoint le BSG, comme on l’appelle, où il retrouve pas mal de ses anciens coéquipiers.

Dans la capitale, Patrick y gagnera l’ensemble de ses trophées et il yen a un paquet : 2 Coupes de France (93 et 95) une coupe de la Ligue (95) un championnat (94) et la Coupe des vainqueurs de Coupes (96). Coaché successivement pas Artur Jorge et son 8-1-1 puis Luis Fernandez, il sera inamovible au poste d’arrière-gauche, dans la grande tradition des casseurs de jambes de la porte de Saint-Cloud : Francis Llacer, Paul Le Guen, Alain Roche, Laurent Fournier, Ricardo, que des poètes !. De son époque parisienne date la création de son fan-club, emmené par une Angélique toute enamourachée de cet obscur joueur. « Quand elle est venue me proposer cela, j’ai été plus que surpris parce que je ne suis vraiment pas un joueur médiatique. En même temps, j’ai été très fier que l’on puisse s’intéresser à moi. ». Ce fan-club perdurera plusieurs saison et lorsque Pat signe à Bordeaux en 1996 , Angélique, qui n’a aucune velléité sexuelle, continue son sacerdoce. « J’ai rencontré sa femme. Je ne voulais pas qu’il puisse y avoir la moindre ambiguïté ». Colleter confirme : « Angélique a toujours respecté notre vie privée. ». Qu’est-elle devenue, ça on n’en sait rien…

En revanche, ce que l’on sait c’est que Pat débarque à Bordeaux en 1996. Il y passe une saison honnête capitaine d’une équipe qui a perdue la majorité de ses stars. Dugarry, Lizarazu et Zidane sont allé voir ailleurs, et dans l’équipe on retrouve des Franck Histilloles Stéphane Ziani et un JPP en fin de carrière. Bordeaux accroche une 4ème place. Patrick prend tout le monde à contre-pied l’été et signe à l’OM.

Son arrivée sur la cannebière se fait un peu dans la douleur. Marqué du sceau du PSG et arrivant de Bordeaux, qui ne jouit pas non plus d’une côte de popularité fabuleuse dans la cité phocéenne, il est attendu au tournant. Patrick le sait et donne tout sur le terrain pour se faire accepter. Avec ses qualités de battant et sa hargne, il s’impose sous le maillot marseillais et se fait accepter des tribunes, perdurant la légende des transfuge PSG-OM. Il reste une saison et demi à l’OM, il sera ne effet poussé vers la sortie par Patrick Blondeau. Il émigre donc en Angleterre, à Southampton. Il y restera 1 saison et demi, où il ne jouera que très peu… En 2000, il rentre en France et s’arrête à Cannes; pour une dernière saison chez les pro.

Que devient-il ?

Après un crochet par Le Bacchus, Patrick devient entraîneur –joueur à Saint-Médard-en-Jailles, dans la région bordelaise. Il y restera 3 ans, terminant par une saison d’entraîneur après avoir définitivement rangé les crampons en 2004. « Je suis devenu entraineur par hasard. Laurent Croci entrainait St Médard en Jalles (CFA2). Il m'avait demandé de lui donner un coup de main sur le terrain, j'ai joué quelques matchs. Puis, l'équipe est descendue en DH, il a arrêté en fin de saison et le président m'a demandé de prendre la suite. J'y suis resté 2 ans. Ce fut une bonne expérience. Mais, avant cela, entraineur, je n'avais pas du tout ça en tête. Ricardo m'a appelé alors qu'il était sur le point de signer à Bordeaux. Il m'a dit : "Je discute pour moi, puis si les dirigeants sont ok, je te prends avec moi. " »

En 2005, il rejoint donc Ricardo à Bordeaux. Il occupera 2 saisons le poste d’entraîneur adjoint. Au sein d’un club de haut niveau il a peu apprendre beaucoup au contact de l’entraîneur le plus frileux de L1. pourtant cela allait à l’encontre de ses convictions, lui qui prônait un jeu offensif à Saint-Médard.. mais bon, la L1 vaut mieux que le CFA 2. En 2007, il a suivi son pote à Monaco.
Le club est aujourd'hui en grande difficulté, pratiquant un jeu d'une indigence quasi messine.

Suite au départ de son mentor à l'été 2009, Patrick Colleter a quitté ses fonction d'entraineur adjoint. il n'a pas suivi l'ancien parisien au Brésil et reste donc à la recherche d'un emploi.

Photos

Patrick Colleter à Brest
Patrick Colleter à Brest
Patrick Colleter à Brest
Patrick Colleter à Brest
Patrick Colleter à Montpellier
Patrick Colleter à Montpellier
Patrick Colleter au PSG
Patrick Colleter au PSG
Patrick Colleter à l'OM contre le PSG (1997-1998)
Patrick Colleter à l'OM contre le PSG (1997-1998)
Patrick Colleter à Southampton
Patrick Colleter à Southampton
Patrick Colleter au PSG
Patrick Colleter au PSG
Patrick Colleter à Brest
Patrick Colleter à Brest
Patrick Colleter à Montpellier
Patrick Colleter au PSG
Patrick Colleter à l'OM contre le PSG (1997-1998)
Patrick Colleter à Southampton
Patrick Colleter au PSG