Régis Laguesse

Ailier formé à Angers,puis passé par Bastia et Laval, Régis Laguesse ne confirmera jamais les possibilités qu'il laissa entrevoir lors de ses trois uniques saisons chez les pros... Il terminera sa carrière de joueur tranquillement à Cholet, dans sa région natale.
Régis Laguesse

En Bref

-
16 janvier 1950
Attaquant
Saison Club Nb matchs Nb buts
1968 - 1969 Angers SCO 0 0
1969 - 1970 Angers SCO 0 0
1970 - 1971 Angers SCO 2 2
1971 - 1972 SC Bastia 7 1
1972 - 1973 Stade Lavallois 10 ?
1973 - 1974 SO Cholet ? ?
1974 - 1975 SO Cholet ? ?
1975 - 1976 SO Cholet ? ?
1976 - 1977 SO Cholet ? ?
1977 - 1978 SO Cholet ? ?
1978 - 1979 SO Cholet ? ?
1979 - 1980 SO Cholet ? ?
1980 - 1981 SO Cholet ? 0
1981 - 1982 Angers SCO 0 ?
Voir les stats détaillées de son parcours
  • Néant

Sa vie, son oeuvre

Sa carrière en club

Né à Montreuil-Bellay en 1950, Régis Laguesse se passionne pour le ballon rond. Avec son petit gabarit, et une pointe de vitesse intéressante, il est positionné sur les ailes de l'attaque de son premier club, Montreuil-Jugné-Béné. Il y restera jusqu'en 1968, lorsque le club phare du Maine et Loire, son département d'origine, le repère et le signe.

Il s'ensuit deux années durant lesquelles Régis fourbit ses armes en réserve, débordant à qui mieux-mieux pour envoyer des centres au cordeau. Assez logiquement, il s'incruste en équipe première lors de la saison 70-71. Aux côtés de Jean-Marc Guillou, qui deviendra un solide ami de Régis, il cotoie des Eric Edwige, Alberto Poli, Marc Berdoll ou autres Jean-Pierre Dogliani. Barré par Yvan Roy et Edwige, il ne dispute que deux petits matchs. Aussi, lorsque le SC Bastia lui propose un contrat pro, il signe et met donc le cap sur la Corse.

Au Sporting, il va vivre une saison assez excitante qui trouvera comme point d'orgue une finale de Coupe de France, malheureusement pour les insulaires, perdue face à Marseille. Avec ses sept petits matchs disputés, pour tout de même deux buts, difficile de dire qu'il y est pour beaucoup... Aussi, avec un indéboulonnable trident offensif Félix-Kanyan-Papi, il sent bien qu'il sera difficile de se faire une place au soleil... Alors il quitte l'île de Beauté pour revenir sur le continent.

C'est à Laval, en D2, qu'il va poursuivre son petit bout de chemin. Dans une équipe qui avait pourtant fière allure, avec des Jacky Rose, Philippe Piat, Lionel Lamy ou Daniel Rodighiero, il va voir d'assez loin la lutte effrénée pour le maintien que livrera cette saison-là les Tangos. En effet, même en D2 il ne semble pas pouvoir s'imposer durablement dans le onze, devant se contenter d'une dizaine de matchs... Fatalement, au bout d'une saison, il quitte le club.

S'ensuit une période trouble durant laquelle Régis se promène dans sa région natale, à Cholet notamment... Il raccrochera à l'issue de la saison 81-82, après un dernier exercice livré en compagnie de la réserve angevine. A 32 ans, il tourne la page de joueur pour passer à une partie bien plus exotique...

Que devient-il ?

Au début des 80's, Régis a besoin de travailler pour gagner sa croûte. Alors on le retrouve tour à tour commercial puis éducateur spécialisé. Il fonde également un magasin spécialisé dans les sports de raquette, "Masters", à Angers, avant d'intégrer en 1991 l'organigramme du SCO Angers. Il y reste jusqu'en 1994, date à laquelle il s'offre un break de quatre ans. En 1998, il répond à l'appel de son ami de toujours Jean-Marc Guillou pour participer à la création de l'Académie éponyme, en Côte d'Ivoire. Il cotoiera à cette occasion le gratin des footballeurs ivoiriens sortis de ce centre: les frères Touré, Kolo et Yaya, Eboué, Kalou, Zokora, Dindane, Romaric, Tiéné, Koné, Gervinho... En 2002, il suit son ami Guillou à Beveren,pendant deux ans. Il s'accorde ensuite un voyage de cinq ans à travers le monde, qui le menera du Congo (Pointe-Noire) au Cameroun (Poumie FC) en passant par la Thaïlande, avec le Bec Tero Bangkok, pendant un an. Il poursuit son périple exotique avec la Malaisie, en coachant Kelantan FC pendant une saison. Il revient en métropole en 2009, dans le club de ses premiers ballons, Montreuil-Juigné Béné, avec lequel il ambitionne de rejoindre le CFA d'ici dix ans. Souhaitons lui bonne chance devant l'ampleur de la tâche qui l'attend...